Être dans l’opposition. 5 conseils à suivre

Les premiers pas > Les fondamentaux > Elu-es municipaux/ales > Être dans l’opposition. 5 conseils à suivre
par: Catherine Candelier

conseillère municipale à Sèvres (Dpt92), vice présidente de la FEVE

Etre un-e élu-e d’opposition est un exercice difficile et de longue haleine. Voici quelques conseils de base pour mener votre action avec détermination !

Télécharger La fiche "Être dans l’opposition. 5 conseils à suivre"

Conseil n° 1 : Savoir s’imposer

C’est là que réside toute la difficulté : comment faire avancer ses dossiers, malgré l’obstruction de la majorité, tout en sachant s’opposer ? Le tout sans s’épuiser… et en se plaçant dans une stratégie de (re)conquête pour les prochaines échéances électorales.
Si les droits de l’opposition sont garantis par la loi, ils sont souvent bafoués par la majorité. Parfois plus par habitude que par volonté de nuire. Il ne faut donc pas hésiter à faire des rappels au règlement pour s’imposer. Pour cela, la « bible », c’est le Code Général des Collectivités Territoriales (CGCT).

Conseil n° 2 : Faire valoir son droit d’expression

Il ne peut être refusé à un conseiller municipal d’exercer son droit d’expression à titre individuel.
Un espace doit vous être attribué sur le site internet et dans toutes les publications à caractère général de la mairie. Cela ne concerne pas les documents ne contenant pas de publicité sur les réalisations de la mairie. Par ailleurs, le maire/la commune n’a pas autorité pour interdire une tribune qui lui déplairait.
En effet, le maire ne peut refuser de publier un article dans le bulletin municipal que si les propos tenus dans cet article sont de nature à engager sa responsabilité pénale en sa qualité de directeur de la publication. (Pour en savoir plus, la réponse du Ministère de l’intérieur à une question écrite du sénateur Hervé Maurey)
La jurisprudence n’est pas précise concernant la taille de l’espace qui doit vous être allouée pour votre tribune. Si vous jugez que celle-ci est insuffisante, vous pouvez saisir le juge qui appréciera le caractère plus ou moins raisonnable de votre demande.
Il n’y a par contre pas de limite pour publier des informations concernant le conseil municipal sur votre propre blog.
Pour compléter : la fiche Feve sur le droit d’expression.

Conseil n° 3 : Être visible

Un site internet
Ouvrez un site ou un blog dont vous ferez mettre le lien dans vos tribunes. Vous pourrez y publier vos propres comptes-rendus du conseil municipal, les procès-verbaux une fois qu’ils ont été adoptés, envoyer une lettre d’information… Vous avez tout à fait le droit d’informer vos concitoyen-nes en amont sur l’ordre du jour et les délibérations du conseil municipal.
Evitez cependant de publier des délibérations trop précises à caractère nominatif, sauf par exemple la liste des représentants désignés par la commune dans un organisme.

Pratique

La prise de parole en public relève d’une préparation spécifique qui ne s’accorde pas forcément avec un texte entièrement rédigé à l’avance. Une fois la séance passée, il importe donc de reprendre vos notes pour mettre en ligne un texte rédigé conformément au support choisi.

Les réseaux sociaux
Afin de faciliter la circulation des informations que vous mettrez en ligne sur votre site, vous pouvez aussi créer une page sur Facebook et ouvrir un compte sur Twitter. Les réseaux sociaux constituent un média fort utile si on sait bien les utiliser.

La tribune
La tribune d’expression dans le cadre de la communication institutionnelle de votre collectivité est un très bon moyen de faire connaître votre action et de justifier vos votes. Elle est utile pour bien vous différencier de la municipalité car, bien souvent, les citoyen-nes ne font pas la distinction entre la majorité et l’opposition municipale. L’idéal est d’arriver à avoir votre photo et, éventuellement, le logo de votre parti ou de votre groupe pour que les citoyen-nes vous identifient. Il faut négocier !

Pratique
  • Adaptez vous au support : une tribune n’est pas un tract !
  • N’hésitez pas à reprendre des éléments rédigés antérieurement, s’ils sont toujours d’actualité, pour gagner du temps. Communiquer, c’est répéter !

Faire circuler l’information
Il est essentiel de communiquer sur ce que vous avez dit et sur ce que vous avez voté lors des conseils municipaux. Pour cela, en plus de la tribune et de la communication numérique, n’hésitez pas à faire circuler vos interventions auprès de votre groupe local, de vos réseaux, des associations concernées…
Profitez de vos réunions de groupe local et de vos diverses rencontres avec les acteurs de votre commune pour justifier vos choix, argumenter, mettre en valeur vos actions…
Lorsque vous soutenez un dossier, faites-le savoir aux porteurs de projet.

La presse locale
La presse locale est un outil incontournable pour garantir votre visibilité. Si elle ne vient pas à vous, ce qui est malheureusement souvent le cas quand on est un-e élu-e isolé-e, allez à elle ! Dès le début du mandat, demandez à rencontrer la/le responsable de la rédaction, la/le correspondant-e local-e, pour mieux connaître leur façon de travailler, leurs contraintes organisationnelles, les thèmes traités, les modalités d’envois de vos informations. Assurez-vous de la bonne réception de celles-ci en appelant les journalistes et usez de modération dans votre communication pour éviter la saturation !
Faites des communiqués, convoquez des conférences de presse afin de revenir sur le déroulé du conseil municipal, de préciser vos décisions et vos votes, d’insister sur vos victoires et de prolonger ou de susciter le débat.

Tisser des liens avec les acteurs de votre commune
Entretenir des relations au long cours avec les associations sans restriction de principe : celles qui nous sont proches, les parents d’élèves, les professions libérales, les syndicats, les entreprises, les commerçants, les usagers des transports etc. Il est essentiel, pour faire connaître votre action, de vous démarquer de la majorité autant que possible. C’est aussi un excellent moyen de préparer le terrain pour les élections suivantes et amorcer la (re)conquête.

Quelques recommandations d’usage…

Conseil n° 4 : Soigner vos rapports avec les services

Quand on est dans l’opposition, créer des relations privilégiées avec les employé-es municipaux/ales est encore plus indispensable, surtout quand la majorité est rétive à vous laisser faire votre travail. Cependant, gardez bien à l’esprit que les élu-es ne peuvent rien imposer aux fonctionnaires : tout doit passer par la voie hiérarchique et donc par le/la directeur/trice général-e des services. Faites donc bien attention de ne pas mettre un fonctionnaire en porte-à-faux.

Conseil n° 5 : Ne pas s’isoler

Six ans de mandat, c’est très long, encore plus lorsqu’on est dans l’adversité et le rapport de force constant. Il n’est pas toujours facile de rester motivé-e quand on présente des amendements, des vœux, des tribunes depuis des mois, sans résultat.
Il est aussi important de ne pas vous isoler et de vous appuyer sur votre groupe local ou sur la liste grâce à laquelle vous avez été élu-e. Vous pouvez organiser des réunions de préparation avant les conseils municipaux, communiquer l’ordre du jour en proposant d’envoyer les délibérations à celles et ceux qui sont intéressé-es et qui peuvent vous aider etc.
Quand on a « un coup de blues », il est essentiel de savoir chercher des soutiens, parmi ses collègues, auprès d’autres élu-es (la FEVE est aussi là pour ça !), lors de formations etc.

Article précédent
Article suivant

Retour à la page d'accueil
Visiter le site de la FEVE
| Mentions légales | Contact | Newsletter |